11 Jan

La deuxième semaine de janvier restera dans les mémoires...

Publié par Céline Paeye - Mil'N  - Catégories :  #carnet

... Enfin j'espère!

En résumé:

- mercredi: fusillade contre Charlie Hebdo. Cabu, Wolinski, Charb, et d'autres, ont payé de leur sang pour avoir osé. Osé dessiner.

- au même moment, une policière est tuée à Montrouge.

- jeudi: quatre personnes trouvent la mort dans un supermarché cacher Porte de Vincennes. Là au mauvais moment, sur la trace d'un terroriste.

Bilan: 17 morts.

La deuxième semaine de janvier restera dans les mémoires...
La deuxième semaine de janvier restera dans les mémoires...

11 janvier 2015 : grande marche républicaine.

Trois itinéraires étaient prévus, de République vers Nation. Départ 15h.

Nous sommes arrivés vers 16h à Bastille. Impossible de rejoindre la place de la République. Impossible même de rejoindre le cortège officiel, dont la taille a dépassé les estimations.

Il y avait tellement de monde (plus d'1 million 5) dans les rues de Paris que les organisateurs ont arrêté de compter. Vous trouverez les détails dans la presse : on ne parle que de ces événements depuis mercredi.

Une marche calme, recueillie, émouvante... d'une ampleur sans précédent.

Une foule unie avec les mêmes mots: "Je suis Charlie", avec des crayons, des dessins, pour rendre hommage aux victimes, et se rassembler autour des mêmes valeurs: LIBERTE, FRATERNITE.

Parce que pouvoir s'exprimer doit rester un droit inaliénable. Parce que les terroristes sont des fous contre lesquels le peuple doit faire bloc, et rester debout, uni. Ne pas avoir peur. On est capable de le faire, ce 11 janvier l'a montré.

Ce 11 janvier ouvre les débats. On ne parle que de cette semaine, partout, tout le temps.

Et après?

C'est triste qu'il faille des morts pour des prises de conscience.
C'est beau que le peuple s'unisse pour défendre des valeurs essentielles.


Et après?

La deuxième semaine de janvier restera dans les mémoires...

Des crayons pour un hommage, des crayons pour la liberté, des crayons pour la paix...

Que le crayon soit aussi le symbole de l'éducation.

L'éducation des jeunes, l'éducation plutôt que la prison, l'apprentissage tout au long de la vie.

Mettre au centre de cet apprentissage les valeurs essentielles de l'être humain. Valoriser les progrès et non stigmatiser les manques. Encourager la coopération et non développer l'individualisme. Renforcer la tolérance.

Si on réfléchit bien, nos systèmes éducatifs aujourd'hui en sont loin...

Ne serait-ce pas ce qu'en partie Charlie nous démontre ?

La deuxième semaine de janvier restera dans les mémoires...
Commenter cet article

À propos

Carnet d'une post-doctorante